Ringuette Canada est fière d’annoncer l’intronisation de quatre nouvelles personnes à son Temple de la renommée

Angie Milbury, présidente de Ringuette Canada, a annoncé aujourd’hui que quatre personnes ont été intronisées au Temple de la renommée de Ringuette Canada dans les catégories des officiel·le·s et des bâtisseur·euse·s. 

«Le Temple de la renommée de la ringuette est fier d’accueillir ces personnes incroyables», a déclaré Mme Milbury, qui ajoute : «Leurs contributions au sport de la ringuette sont bien documentées et leur intronisation au Temple de la renommée est amplement méritée.»

Le Temple de la renommée de Ringuette Canada reconnaît les contributions exceptionnelles au développement de la ringuette et les réalisations remarquables des athlètes, des entraîneur·e·s, des officiel·le·s et des administrateur·rice·s de ringuette à travers le Canada.

Dans la catégorie des officiel·le·s, une personne a été élue.

 

Sue Blacklock. Sue a commencé sa carrière d’officielle au début des années 1980 à Guelph, en Ontario, et elle est toujours active 40 ans plus tard. Elle a rapidement gravi les échelons de l’arbitrage et s’est retrouvée à son premier de nombreux championnats provinciaux en 1985. Sue a poursuivi son impressionnante carrière en participant à son premier Championnat canadien de ringuette en 1990, où elle a fait des apparitions consécutives pendant les 16 années suivantes. Accumulant encore plus de réalisations en tant qu’arbitre, elle a participé à quatre Jeux d’hiver du Canada, en 1991, 1995, 1999 et 2003. De plus, en 1994 et en 2004, elle a été choisie pour arbitrer le Championnat du monde de ringuette, où on lui a confié le match pour la médaille d’or à chaque fois.

En plus de ses succès sur la glace, Sue a également été membre du comité de développement des officiel·le·s de Ringuette Canada, contribuant ainsi à l’élaboration du programme national de certification des officiel·le·s à travers le pays.

Sue continue d’apprécier les défis que la ringuette a à offrir, et on peut encore la voir sur la glace lors de tournois tout au long de la saison.

 

Dans la catégorie des bâtisseur·euse·s, trois personnes ont été élues.

Policier de la GRC à la retraite depuis 2012, Yvon Brault a commencé à s’intéresser à la ringuette lorsque sa plus jeune fille a commencé à jouer en 1997. Il s’est ensuite joint à l’Association de ringuette de Gatineau (ARG) à titre d’entraîneur adjoint et éventuellement d’entraîneur en chef, ainsi qu’au conseil d’administration en cumulant différentes fonctions : planificateur, directeur du développement et directeur de tournoi. 

Cinq ans plus tard, il est devenu président de l’association et a occupé ce poste jusqu’en 2018. Brault a été à l’origine de plusieurs initiatives visant à promouvoir et à protéger les jeunes. En 2004, l’équipe moins de 16 ans A de M. Brault est devenue le porte-parole du programme Choix.org de la GRC. Ce programme national visait à promouvoir des modes de vie sains ainsi que la promotion d’une jeunesse sans drogue. En 2007, il a fondé une franchise de la Ligue nationale de ringuette (LNR) sous le nom de Fusion de Gatineau. À titre de chef du Fusion, M. Brault a établi de nombreux partenariats importants et, dès sa première année d’existence, le Fusion de Gatineau a été nommé franchise de l’année par la Ligue nationale de ringuette. Au cours des années suivantes, de nombreuses autres équipes de la LNR se sont tournées vers Yvon pour obtenir des conseils alors qu’elles cherchaient à reproduire les succès du Fusion à l’échelle du pays. Yvon a contribué au succès de la Ligue au-delà de son équipe en participant à plusieurs comités nationaux visant à améliorer et à développer la Ligue. Il a également été une personne-ressource au sein du PNCE pendant de nombreuses années.  

En 2010, il a mis sur pied un programme Sport-Études de ringuette à la Polyvalente Nicolas-Gatineau pour permettre aux athlètes de combiner études et sport. Comme les athlètes du programme ne trouvaient pas d’endroit pour s’entraîner, il a ouvert et financé un gymnase sans but lucratif pour les accueillir. La demande croissante l’a forcé à augmenter la surface de ses installations de 2000 pieds carrés à 14 000 pieds carrés. Le gymnase dispose de tous les équipements nécessaires aux athlètes de tous niveaux, y compris les athlètes olympiques.

Il a commencé comme humble bénévole, mais le succès croissant de la ringuette est en grande partie lié à son approche humaine, à sa générosité et à son incroyable passion pour ce sport. Comme il vous le dirait, aucun de ses accomplissements n’aurait pu être réalisé sans l’aide de centaines de bénévoles qui l’ont aidé à devenir «Monsieur Ringuette». 

Aujourd’hui, 24 ans plus tard, un nouveau défi l’attend : il apprend à patiner à sa petite-fille de deux ans et demi et, qui sait, nous le retrouverons peut-être dans un avenir proche derrière un banc en tant qu’entraîneur».  – Elodie Brault

 

Terry McAdam a découvert la ringuette lorsque sa fille aînée a commencé à jouer. Il a entraîné ses deux filles tout au long de leur carrière de ringuette, et même après la fin de leur carrière, Terry a continué d’être entraîneur. Il a été entraîneur à tous les niveaux à Saskatoon et a finalement contribué à la création du Wild de Saskatoon de la Ligue nationale de ringuette (LNR). Avec Dwayne Andreen, il a créé le Wild, l’a organisé, en a fait la promotion et l’a même financé à plusieurs reprises. Il a passé d’innombrables heures en téléconférence à établir des horaires, à réserver des voyages et à faire la promotion de la LNR. 

L’engagement de Terry va bien au-delà de l’entraînement. Il a participé à de nombreux tournois locaux, notamment le Championnat de l’Ouest du Canada de 2009 et le Championnat canadien de ringuette de 2010. Il a siégé à d’innombrables comités et s’est impliqué auprès de Ringuette Saskatoon et de Ringuette Saskatchewan en tant que président du conseil d’administration de 2003 à 2007, et il a également été représentant provincial au sein du conseil d’administration de Ringuette Canada Après son mandat de représentant provincial, Terry a été administrateur du conseil d’administration de Ringuette Canada de 2008 à 2012.

L’un des héritages les plus durables de Terry sera toujours le nombre d’athlètes qu’il a entraînées et qui redonnent aujourd’hui au sport en devenant entraîneures et administratrices sportives, tant au niveau local que provincial. 

Terry est un personnage très connu au sein du comité de ringuette. Il serait difficile de trouver quelqu’un qui n’aime pas Terry. Il traite tout le monde de la même manière et fait toujours preuve de respect envers ses athlètes, ses collègues entraîneur·e·s, ses adversaires, les bénévoles et les arbitres. Il est l’incarnation même de ce que représente la ringuette.» – Erin Cumpstone

 

Alayne Martell, de St. Peter’s, en Nouvelle-Écosse, a travaillé sans relâche pour s’assurer que les histoires de ringuette soient narrées. En tant que responsable des relations avec les médias et du public pour Ringuette Canada, Alayne a assuré cette tâche à tous les niveaux de la ringuette dans tout le pays pendant plus de 22 ans. Elle a jeté les bases pour améliorer l’image de marque de notre sport. Elle a fait une promotion audacieuse de la ringuette au sein du milieu sportif et à l’extérieur de celui-ci, faisant découvrir ce sport à un public qui, autrement, n’aurait pas eu l’occasion de partager la passion et le dévouement qu’elle avait pour son sport.

Dans le cadre de son travail avec Ringuette Canada, Alayne a élaboré et mis en œuvre des stratégies de communication ciblées pour soutenir les objectifs de l’organisation. Elle a assuré le soutien des relations avec les médias sur place lors du Championnat canadien de ringuette depuis 1999 et a agi à titre de représentante nationale des médias et de webmestre pour la Ligue nationale de ringuette depuis sa création en 2004. Depuis 2000, elle s’est fortement impliquée dans la promotion de l’équipe canadienne et du Championnat du monde de ringuette, et a donné une formation médias aux athlètes de l’équipe canadienne pour les préparer à leurs interactions avec les journalistes. Elle a agi en tant qu’agente d’information sportive pour la ringuette aux Jeux d’hiver du Canada depuis 2003, ce qui incluait le soutien aux médias et aux communications sur place lors de l’événement.

En tant que professionnelle des communications pour la ringuette, Alayne a été un bâtisseuse dans un domaine où peu de gens possèdent de telles compétences et une telle expertise. Elle a excellé dans un domaine où beaucoup n’auraient même pas tenté de s’aventurer et a propulsé la ringuette à l’avant-scène des médias grand public actuels aux niveaux local, national et international.

En novembre 2020, Ringuette Canada a reçu un coup dur en apprenant le décès de notre belle amie Alayne Martell. Une vraie professionnelle. Une mère dévouée. Une fière citoyenne du Cap-Breton. Tu nous manques terriblement, Alayne, et nous sommes extrêmement fiers de t’honorer.

«Il est impossible de mettre des mots sur la lumière qui a été perdue pour le monde de la ringuette et pour ceux qui ont eu la chance de connaître Alayne.» – Laura Watson

Associations Provinciales