Shawn Curran

«J’ai pour la première fois été exposé à la ringuette à Weyburn, en Saskatchewan. Après avoir déménagé à Calgary en 1976, je me suis engagé envers la première équipe de ringuette de la ville. Il y avait au sein de l’équipe une grand-mère et une fillette de six ans, et tout le monde avait des patins de patinage artistique. Parmi mes responsabilités à titre d’entraîneur, il y avait notamment celle de recueillir des bâtons de hockey et de les repeindre : des bâtons rouges pour les défenseurs et des bâtons bleus pour les avants. Les centres avaient besoin de bâtons blancs, mais ça n’était pas un problème car il y avait beaucoup de bâtons de hockey blancs disponibles. On jouait sur une patinoire extérieure et les joueuses arrivaient avec leurs tuques, qu’elles portaient au-dessus ou au-dessous de leur casque de vélo. Nos premières parties ont été contre une équipe du nord-ouest de Calgary. À cause de la diversité des âges des joueuses, les entraîneurs ont convenu d’envoyer en même temps sur la glace les plus grandes joueuses et les plus petites. L’équipe qui recevait devait fournir le chocolat chaud et les biscuits, et les visiteurs devaient fournir un parent pour arbitrer (avec ou sans patins). Pour pouvoir jouer à l’intérieur, nous avions besoin d’une constitution (que j’ai rédigée) et d’un dirigeant «exécutif». J’ai donc assumé le rôle de secrétaire/trésorier. Peu après, nous avons eu nos premiers uniformes, et nous avons commencé à jouer dans l’aréna de Lake Bonavista. C’est à ce moment que notre sport a vraiment commencé à se développer. La ringuette a été très gratifiante pour moi et pour ma famille, aussi bien à titre d’entraîneurs, de joueurs, d’animateurs de stages, d’instructeurs de patinage en puissance, ou tout simplement de fans applaudissant dans les tribunes. Nous avons eu notre part de succès à de nombreux tournois provinciaux ou autres, bien que le plus gratifiant ait été quand ma fille Susan a remporté la médaille d’or au Championnat du monde de ringuette à Helsinki en 1992. Je ne sais même pas combien de jeunes filles j’ai entraînées au fil des ans, mais je me sens au septième ciel quand une jeune femme vient me voir, et me dit : «Vous m’avez entraînée quand j’étais atome, et maintenant ma fille joue à la ringuette». – Shawn Curran (Calgary, Alberta)

Shawn Curran

Associations Provinciales